Le village

Village

Cap sur Saint-Loubert

Commune située sur le vignoble des Graves, Saint-Loubert est limitrophe de Saint-Pardon-de-Conques, à l’ouest, et Castets-et-Castillon, à l’est. Deux communes auxquels s’associe le village pour organiser la scolarité de ses enfants. Avec une population qui s’est fortement rajeunie, l’enfance, comme la préservation de l’environnement et le dynamisme communal, sont devenues les priorités du conseil municipal. Rencontre avec cette équipe qui ne manque pas de ressource pour imaginer le futur !

C’est en pleine préparation de trousses de soins à destination de l’Ukraine que l’on retrouve Sylvie Gray-Lagahuzère, adjointe, et Christopher Latapy, maire de Saint-Loubert. Même si la période est chargée, avec la préparation des élections et des budgets, ils nous ont volontiers ouvert les portes de la mairie pour une présentation en trois temps de la commune : anecdotes historiques, projets entrepris et aspirations pour les prochaines années.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sonnez les matines

Édifiée au XIème siècle sur les fondations d’une ancienne villa gallo-romaine, l’église de Saint-Loubert est une église romane typique du Bazadais : c’est à son clocher-mur, comme ils sont nombreux dans la région, que vous le reconnaitrez. Celui-ci comporte deux baies, mais n’abrite qu’une seule cloche. « Nous avons fait électrifier la cloche en 1990. Avant cela, c’était Jeannot, un lupertien qui habitait près du lavoir, qui prenait sa mobylette pour aller la faire sonner ! La corde tombait jusque dans les escaliers, c’était assez cocasse (rires). À l’époque, il prétendait que la cloche chassait le mauvais temps. Dès que l’orage approchait, il allait la sonner à toute volée pour pousser les nuages chez le voisin », raconte Sylvie, rieuse. Enfin, particularité inexplicable : l’église de Saint-Loubert est désorientée, tournée au nord, tout comme celle de Saint-Léger-de Balson.

Savez-vous planter les choux

Trois maraichers sont actuellement installés sur la commune, dont deux que vous pouvez retrouver sur le marché de Langon les vendredis. « Nous n’avons jamais eu de commerces à Saint-Loubert. La géographie de la commune ne s’y prête pas vraiment : notre territoire est à la fois petit (240 hectares) et très étendu, les habitations sont éloignées les unes des autres. En revanche, c’est l’endroit idéal pour la culture. Nous sommes très fiers de compter ces agriculteurs sur nos terres ! Nous espérons d’ailleurs que leurs exploitations perdureront encore longtemps et qu’ils trouveront des repreneurs motivés quand le temps sera venu pour eux de prendre leur retraite. » À Saint-Loubert, on compte également un vigneron en conversion bio (le Château Saint-Loubert), ainsi que quelques artisans et professions indépendantes : un agent commercial, une agente immobilière, un cabinet de psychothérapie et hypnothérapie, un chauffagiste, un expert en bâtiment, du broyage forestier et un scaphandrier professionnel.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

À la pêche aux moules

Saint-Loubert est traversé par deux cours d’eau : le Beuve et le Carpe. Ce dernier forme un petit étang, éponyme, reliant le village à celui de Saint-Pardon-de-Conques. « C’est un de nos plus jolis spots, l’été c’est très agréable de s’y balader ! L’endroit est aussi prisé par les pêcheurs, notamment ceux de la Phrygane Langonnaise. » Il s’agit du club de pêche à la mouche de la commune. Aux côtés de quatre autres associations (société de chasse, comité des fêtes, association pour la restauration et de sauvegarde de l’église et club de plongée Sublangon), il œuvre au dynamisme local et au divertissement des habitants. 

Un éléphant qui se balançait

Depuis un an, les abords de salles des fêtes se refont une beauté ! Dans un premier temps, une implantation de végétaux a permis de délimiter la partie salle de réception de l’espace détente et jeux. Des travaux de terrassement ont ensuite été réalisés pour accueillir les équipements de l’air pour enfant (balançoire, toboggan…) et un parking a été créé à proximité du fronton. Une chape de béton a été coulée pour recevoir la table de ping-pong ainsi que des bancs. Enfin, un boulodrome est lui aussi sorti de terre. Il ne manque plus que les tables de pique-niques qui devraient venir prochainement parfaire le décor, ainsi que de nouveaux filets pour le panier de basket et la cage de handball.

Colchique dans les prés

Jusqu’au mois de juin, l’équipe municipale a la chance d’accueillir un service civique : Alexis, 21 ans, diplômé d’un BTS agricole. « Il travaille beaucoup avec Francis, le cantonnier de la commune. Passionné par les animaux, il souhaite mener un projet de protection de l’environnement et de valorisation de notre territoire. Dans ce cadre, il a récemment sollicité les habitants sur la mise en place de composteurs collectif ou individuel. Le Sictom viendra d’ailleurs dispenser une formation au compostage sur la commune le 12 avril. » Plein d’envie et d’idées, Alexis a aussi prévu à l’été de convier les habitants à une journée citoyenne destinée au ramassage des déchets sauvages. À plus long terme, son projet professionnel est d’ouvrir une ferme pédagogique dans notre région. On ne sait pas vous, mais nous, on se dit que le développement de Saint-Loubert est entre de bonnes mains.