Le village

Village

Roaillan : vous avez-dit Sud-Gironde ?

Si son homophone situé à la pointe de l’estuaire présente l’avantage, non négligeable, de vous faire profiter de l’air marin, vous allez voir que la petite commune sud-girondine n’a pourtant rien à lui envier ! Une histoire, que les vestiges épars se plaisent à conter aux touristes qui prennent le temps de se balader. Une panoplie de services de proximité qui fait le bonheur de ses 1700 habitants. Et aussi, quelques anecdotes mystérieuses, que Jean-François Tauzin, maire de la commune depuis vingt années, a bien voulu nous confier. On prend le pari sur votre homophone préféré ?

En 1975, la commune de Roaillan comptait 320 habitants. En à peine un demi-siècle, la population s’est vu multiplier par cinq ! Quelles attractivités poussent tant de personnes à venir s’y installer ? C’est la question que nous avons posée à Jean-François Tauzin, maire de la ville, lui-même spectateur de ce spectaculaire exode. « En 2010, nous avons délivré de nombreux permis de construire. La commune s’est énormément développée, et les gens qui ont emménagé… sont restés tout simplement (rires) » CQFD. Les nouveaux roaillannais s’y sentent bien. Si bien que personne ne veut plier valise, ce qui explique, aujourd’hui, la rareté des terrains constructibles. Cette réponse amène une autre question : quel est le secret de la recette du bonheur roaillannais ? L’ébauche d’une réponse, dans la présentation de notre village du mois.

Une histoire toujours vivante

Premiers édifices qui attirent l’œil, les anciens séchoirs à tabac disséminés ici et là. Si ce n’est pas la première (ni la dernière) fois que l’on en voit, nous sommes toujours un peu impressionnés par ces bâtiments agricoles. Ils en disent tellement long sur le passé économique et les transformations que les années ont opérées. En 1850, cinquante fermes se trouvaient sur la commune de Roaillan. La polyculture et l’élevage représentaient le principal secteur économique du village. Aujourd’hui, quelques-unes ont été transformées en habitations et la majeure partie des agriculteurs sont devenus viticulteurs. Les parcelles de vignes occupent 150 hectares. Autre élément notable de l’histoire de Roaillan, son ancienne gare. Restée active jusque dans les années 80, la voie de chemin de fer a ensuite été aménagée en piste cyclable. « Il est désormais possible de se rendre à Langon à vélo en un quart d’heure, vingt minutes max. » Priorité à la mobilité douce, un vrai engagement pour l’avenir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En centre-bourg, vous trouverez tout ce dont une vie de quartier a besoin pour être animée : un commerce multi-rural qui fait aussi centre Poste, une association emploi multi-services, un cabinet médical – avec médecin et infirmières -, et aussi, un kiné et un ostéopathe pour compléter l’offre paramédicale. Pour les jeunes parents avec des enfants en bas âge, la micro-crèche des doudous est la solution rêvée pour s’occuper de vos têtes blondes lorsque vous devez aller travailler. Toujours dans le service à la personne Émilie Randé et sa société Randé Services, vous proposent ménage, repassage et aide à domicile ! Dans un domaine tout autre, son frère lui, est tapissier décorateur. Si l’artisanat tient une place de choix à Roaillan, l’entrepreneuriat est tout autant valoriser avec la présence d’un agent immobilier… Qu’il vous faudra peut-être contacter à la fin de cet article si vous avez été séduit par le portrait que nous avons brossé du village. En tout cas, la séduction, on dit qu’elle passe aussi par l’assiette : impossible alors, de faire l’impasse sur le Taille Roc, géré par Florian Mainguy. Si le nom vous semble familier, c’est normal : vous avez déjà rencontré ce chef cuisinier dans les pages de votre magazine, à chaque fois, il vous livre avec passion les détails de ses recettes fétiches.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Patrimoine historique et équipements contemporains

Juste derrière la mairie se trouve un petit lavoir. Avant la mise en réseau, qui s’est généralisée dans les années 80, il était la source d’eau potable du village. Sachant cela, la statue de Saint-Euthrope située à son extrémité prend une tout autre dimension « Il veillait sur la source, en assurait la protection. Aujourd’hui on peut considérer qu’il est à la retraite (rires) ». Roaillan compte aussi une église, visible dès son arrivée dans le bourg. Elle a été construite au XIIIème siècle. Le monument aux morts qui lui est accolé date de la même époque. La mairie quant à elle, est construite dans l’ancien Presbytère dont les absides sont inscrites aux titres des monuments historiques. Heureux de préserver de telles infrastructures, les roaillannais bénéficient aussi de constructions plus modernes qui rendent, elles aussi, le quotidien très agréable. D’abord, un beau complexe sportif comprenant terrain de tennis et de foot. Leur petit plus ? Ils sont accessibles en nocturne ! De quoi organiser de belles rencontres entre amis. Si les crampons ne vous bottent que moyennement et que votre dada, c’est plutôt les animaux, sachez qu’un poney club est aussi présent sur la commune. Tout ça, sans parler de la gymnastique, des jeux de société, la randonnée, la pétanque… Et pour accueillir toutes ces initiatives, une maison des associations est en projet ! Alors, conquis par l’homophone sud-girondin ?