Le village

Village

Portets entre en scène !

Les spectacles proposés par l’Espace Culturel La Forge vous ont peut-être déjà menés à Portets. À 20 minutes de Bordeaux et desservie par le train, la commune ne cesse de développer son potentiel d’attractivité. Didier Cazimajou, maire de la ville, a de grandes ambitions pour apporter confort et services à ses habitants. Aujourd’hui, rencontre avec ce Portésien de la première heure, qui n’a jamais perdu de vue l’idée que la ruralité est un trésor à protéger !

Cela fait bien longtemps que les idées véhiculées sur la campagne ont changé. En particulier en ce qui concerne les services qu’on peut y retrouver. Les innombrables corps de métier qu’on retrouve à Portets viennent définitivement tordre le cou aux préjugés : cabinet médical, plombier, électricien, charpentier, maçon… Et même une station-service ! « Un Aldi s’est implanté sur la RD1113 il y a une vingtaine d’années et en centre-bourg, un petit commerce fait boulangerie », complète monsieur le maire. Une offre largement appréciée par les 2760 portésiens, et aussi par celles et ceux qui, comme Gilbert Bécaud, ne font que passer. L’Hôtel Rapin sur la route des graves les héberge d’ailleurs bien volontiers, toute l’année.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bientôt 2800…

« Nous n’allons pas tarder à dépasser les 2800 habitants. Ça nous ravit bien sûr ! Mais nous restons vigilants sur les structures, notamment les écoles. Nous nous sommes engagés dans une prospective sur 15 ans : en partenariat avec un bureau d’architecte nous réfléchissions à la restructuration des écoles pour accueillir le maximum d’élèves sans impacter la qualité de l’enseignement. » À Portets, les enfants peuvent suivre leur scolarité de la maternelle à la primaire, ensuite elle se poursuit à Podensac. Une population haute comme trois pommes dont l’éveil et la culture sont une priorité pour la municipalité. « Et pour toute l’équipe de l’Espace Culturel La Forge ! Ces professionnel.le.s portent une attention particulière à proposer, chaque année une large programmation dédiée au jeune public. Ils font de La Forge un outil de travail extraordinaire que nous essayons de mutualiser avec la CdC Convergence Garonne. La culture est une compétence communautaire. »

15 km2 équitablement répartis

« 1/3 de Graves, 1/3 de forêts et 1/3 d’habitations », voici les parfaites proportions à respecter pour recréer le petit charme qui flotte à Portets. La commune compte 35 viticulteurs et 25 châteaux viticoles. « Lors de la précédente mandature, nous avons organisé une grande réunion avec les vignerons pour aborder le sujet des produits phytosanitaires. Des engagements ont été pris pour prévenir systématiquement la population par sms ou par mail lorsque les traitements commencent. » Toute une économie s’articule autour de ces préoccupations environnementales : les Pépinières Labat qui vous aident toute l’année à entretenir et embellir vos jardins et l’Établissement Guenon propose du matériel agricole pour les professionnel.le.s. La sauvegarde du patrimoine locale est une autre des priorités de la municipalité. « Portets compte de nombreux lavoirs que nous essayons de rénover au fil des années. Le dernier en date à avoir été restauré me tient beaucoup à cœur : j’ai une photo de ma mère où l’on y voit y laver le linge. À l’époque, tous les anciens faisaient leur lessive de cette manière, il n’y avait pas de machine à laver. On prenait la brouette et on faisait minimum un bon kilomètre. » 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Longer les cours d’eau, à vélo

Le Ciron franchit la commune en partie sud : le barrage de la Trave trace la limite entre Uzeste et Préchac. « Il arrive depuis Bernos avec les canoës, s’arrête au château de Cazeneuve avant d’arriver sur le Sauternais. En partie basse, quatre petits cours d’eau prennent naissance dans nos campagnes : le Riste, le ruisseau Font de la Lève, le ruisseau du Bourg et le ruisseau de La Clède, ils se déversent dans le Ciron. » Et pendant qu’on parle de points d’eau, saviez-vous que des lagunes se trouvent à Uzeste ? Baptisées Les Aiguillères, elles entrent dans le plan d’entretien du Syndicat du Ciron. Pour découvrir ces richesses, on opte pour la piste cyclable. « C’est l’ancienne voie de chemin de fer : elle a d’abord relié Bazas à Mios, ensuite s’est créée la portion Le Nizan-Roaillan, puis Roillan-Langon. Aujourd’hui elle se nomme départementale 802. » Actuellement la mairie a fait une demande de reclassement de sa piste cyclable en voie verte.

Tourisme vert

« Beaucoup de touristes passent par Uzeste pour visiter les trésors du Sud-Gironde. On a la chance d’avoir un potentiel considérable à exploiter, on réfléchit à une manière de développer un tourisme intéressant et non polluant. » En attendant que les projets mûrissent, l’Arboretum derrière la collégiale a été réaménagé : un espace de détente pour s’arrêter pique-niquer ou reprendre son souffle avant d’enfourcher à nouveau sa bécane… À pédales.