Le village de Bieujac

Village

Bieujac, un petit village où règne une atmosphère d’antan !

Bieujac est une commune pleine de charme et de caractère où le « vivre ensemble » est mis à l’honneur. Une fois n’est pas coutume, Jean-Claude Dumenil, maire, est accompagné par Jean-Pierre Balade, son premier adjoint, pour une visite guidée de Bieujac. Histoire, patrimoine, école, économie ou encore vie associative… Découvrez un village convivial !

Les 700km2 de Bieujac sont coupés en deux par un petit cours d’eau qui s’appelle le Beuve. Il prend sa source au Lac de la Prade et termine son chemin dans la Garonne. « C’est, en quelque sorte, la colonne vertébrale du village », raconte Jean-Claude Dumenil. Il est au centre d’une bande large d’une centaine de mètres classée en Zone Natura 2000 visant à protéger sa biodiversité. L’origine du nom « Bieujac » tiendrait des nombreuses sources situées sur la commune. « Nous avions quatre moulins et deux lavoirs qui étaient très utilisés. Je me rappelle que, tous les mercredis, les femmes du village se retrouvaient au lavoir pour laver leur linge et les enfants, qui n’avaient pas école, poussaient les brouettes ! C’était un lieu de rencontre et d’échange… », explique Jean-Pierre Balade. Une autre particularité de la commune est qu’elle se situe sur un territoire argilo-calcaire et qu’elle est construite sur de la roche. « Une briqueterie était même installée ici, mais la spécificité de notre histoire, ce sont les séchoirs à tabac ! On dénombre encore aujourd’hui 74 séchoirs restés sur les exploitations agricoles de Bieujac. Certains sont même réhabilités en maisons d’habitation », poursuit Jean-Claude Dumenil.

Sur la place centrale du village trône l’église Notre-Dame. « Des vestiges et sarcophages mérovingiens retrouvés autour de l’édifice actuel nous permettent d’estimer la construction d’une partie de l’édifice aux alentours du XXIème siècle ! Elle fit également l’objet de deux reconstructions, en 1830 et 1885, par l’architecte Léon Drouyn, fils de l’artiste Léo Drouyn… » Juste à côté, se trouve la P’tite épicerie de Méli. « Ce commerce était fermé depuis quelques années et a été repris par Mélissa en mai dernier. C’est une commerçante dynamique qui propose des produits locaux, un dépôt de pain, un petit rayon bio, des journaux, un point relais colis… C’est un atout pour notre petite commune et ce projet a permis de revitaliser le bourg », poursuit Jean-Claude Dumenil. Le village compte aussi sur de nombreux artisans et prestataires de services, tels qu’un charpentier, peintre, électricien, serrurier, productrice de viande bovine bio…

Le Roi Kysmar - Villandraut

D’ici la fin du premier semestre, les habitants de Bieujac devraient pouvoir se rapprocher de leurs fournisseurs d’accès Internet pour être raccordés à la fibre optique. « Récemment, nous avons effectué des travaux devant l’école avec la création d’une écluse pour ralentir le trafic et ainsi garantir la sécurité de nos enfants ! » Au cours du second semestre, c’est un nouvel atelier municipal dédié aux services techniques de la commune qui verra le jour sur un terrain proche de la place de l’église. Et à plus long terme, la municipalité entreprendra la construction d’une RPA (Résidence pour Personnes Âgées), de logements sociaux… « En l’espace de 10 ans, notre population a augmenté de plus de 15% et la moyenne d’âge de nos habitants a diminué. Nous souhaitons préserver la particularité de notre commune, lieu rural, mais où les gens se rencontrent, vivent ensemble au quotidien et ne pas devenir une ville dortoir. » Pour ce faire, révision de l’urbanisme et création d’un PLUI (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal) visant à réduire les surfaces de construction sont de vigueur.

Côté éducation, les écoles de Bieujac et de Saint-Pardon-de-Conques sont regroupées en syndicat, le SIRP. Les tout petits fréquentent les deux classes de maternelle à Saint-Pardon-de-Conques. Et les élèves plus grands suivent leurs leçons dans les classes de CP à CM2 à Bieujac. Depuis début mars, quatre classes sont équipées de tableaux numériques interactifs. Une à Saint-Pardon et trois à Bieujac. « Nous avons conservé le planning des quatre jours et demi et proposons des TAP (Temps d’Activités Periscolaires) sur une demi-journée. 14 animateurs organisent ateliers audiovisuels, cuisine, basket, initiation au cirque, histoire de l’art, jardinage, chorale… Tout y passe et 95% des élèves de l’école y participent », raconte Jean-Pierre Balade. Chaque jour, Nicole et Céline préparent environ 120 repas faits maison et élaborés à partir de produits frais. « Nous misons sur les circuits courts, les commerçants du territoire, les produits français et on introduit quelques repas bio et végétariens », explique Jean-Claude Dumenil. Pour preuve, le pain provient de l’épicerie du village et est fabriqué par un artisan-boulanger situé à La Réole.

Le comité des fêtes est à l’origine de nombreux événements tels que le carnaval qui a lieu courant mars. « Il organise également la fête locale qui anime le village fin juin ou début juillet pendant trois jours. Remise des clés de Bieujac, concours de belote, pétanque, concert, jeux « intervillages » pour les enfants, repas et trail sont répartis du vendredi soir au dimanche matin », poursuit-il. L’association BAC (Bieujac Art Culture), une troupe de théâtre adulte, répète tous les mercredis soirs. Elle organise aussi des visites pour les Journées du Patrimoine ainsi que des sorties extérieures. « Écomusée de Marquèze, Bordeaux, bassin d’Arcachon, ces visites guidées font (re)découvrir les lieux proches de chez nous », explique Jean-Pierre Balade. Le planning de la salle polyvalente est rempli entre cours de judo, zumba, gymnastique douce… « Nous avons aussi la Maison de Bieujac, café social et culturel. C’est un lieu de rencontre où l’on peut discuter autour d’un café ou participer à des activités : dictées, expositions artistiques, cours de musique, apprentissage de la langue des signes, pièces de théâtre… Le tout est orchestré par Hélène Rassis et rendu possible par beaucoup de bénévoles du village », expliquent-ils avec fierté. Vous l’aurez compris, ce lieu situé dans les locaux de l’ancien Cercle du village a retrouvé sa raison d’être en fédérant la population. C’est sur cette même place que se rassemble la population pour les événements de la commune. Et les jours de fête, lorsque les tables sont installées et que les grillades sont en préparation, les guirlandes multicolores qui ornent les marronniers de la place lui donnent un air de guinguette d’antan !