Le village de Sauveterre-de-Guyenne

Village

Sauveterre-de-Guyenne, une bastide authentique au cœur de l’Entre-deux-Mers.

Ce 50ème numéro du magazine Le Sud Girondin nous emmène à la découverte d’une commune de l’Entre-deux-Mers : Sauveterre-de-Guyenne. C’est accompagné d’Yves d’Amécourt, son maire, que nous parlerons d’histoire, de patrimoine, d’économie, d’éducation et des associations nombreuses qui accompagnent la vie quotidienne des Sauveterriens. Vous êtes prêts à faire un bond dans l’histoire ? Alors, destination le Moyen-Âge avec la fondation de cette bastide pleine de ressources !

Fondée en 1281 par le roi d’Angleterre et duc d’Aquitaine Édouard 1er, la bastide de Sauveterre-de-Guyenne était stratégiquement située à la croisée des voies royales. Une bastide est un modèle de ville fortifiée urbaine construite au Moyen-Âge dans tout le grand sud-ouest de la France. « Sur les huit bastides que l’on compte en Gironde, celle de Sauveterre-de-Guyenne est surnommée « l’authentique » parce qu’on y trouve encore toutes les caractéristiques des bastides : quatre portes fortifiées, un plan de construction orthogonal (rues construites en forme de damier), un puits sur la place centrale et une église excentrée. Il ne lui manque que les murs d’enceinte, démolis et vendus au 19ème siècle, la halle en bois démontée elle aussi au XIXème siècle avec la promesse de la reconstruire » raconte Yves d’Amécourt, maire de la commune et notre guide du jour. Au Moyen-Âge, ces villes fortes étaient très innovantes. « Contrairement à la plupart des villages, le centre de la ville n’est pas l’église, mais la place royale. Cela permettait d’asseoir le pouvoir du roi sur ces zones franches, places de marché où les agriculteurs et les commerçants échangeaient leurs marchandises. Nous y trouvons toujours un marché les mardis matins. »

Avec ses 800 emplois, aujourd’hui Sauveterre-de-Guyenne est la capitale économique d’un bassin de vie de 20 000 habitants. « Notre plus grande richesse, c’est la viticulture. En effet, le territoire de la Communauté des Communes (CdC) rurales de l’Entre-deux-Mers compte 19 000 hectares de vignes et 40% des emplois sont agricoles. » Avec une économie basée sur la viticulture, la commune accueille une cave coopérative, des propriétés viticoles indépendantes, des négociants ainsi que de nombreux  artisans œuvrant dans ce domaine. Pour répondre aux besoins de chacun, la zone d’activités du Sauveterrois, occupée par des entreprises de services en lien avec la vigne et du vin, a été créée par la CdC. « Un œnologue, trois négociants, des artisans et des fournisseurs de la viticulture, un transformateur de ceps de vigne en combustible pour barbecue… Sur les 29 lots qui étaient prévus, seulement 5 restent disponibles ! Autour de tout cela, on trouve des activités commerciales et industrielles comme Roc PVC Industrie (RPI) qui emploie plus de 50 personnes. Sans compter les nombreuses petites entreprises de 1 à 10 salariés. »

Côté éducation, les écoles maternelles et primaires de Sauveterre accueillent  280 enfants de neuf communes limitrophes. Le collège, qui étend sa zone de recrutement jusqu’à Targon, fait classe à 430 élèves. « Une Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire (ULIS) est proposée aussi bien à l’école primaire qu’au collège. Et une classe SEGPA accueille les enfants qui choisissent dès le collège les filières professionnelles. » Les projets menés par les équipes pédagogiques des écoles communales sont accompagnés par des subventions de la commune, et par l’association des parents d’élèves « Pour l’école » qui organise des manifestations pour lever des fonds et aider à mener à bien ces projets. « Le milieu rural environnant, l’ancienne voie ferrée, et la proximité du lac de Blasimon permettent d’organiser des sorties découvertes autour de la nature. » Pour nourrir tout ce petit monde, un seul mot d’ordre : proposer des repas équilibrés en maintenant des prix abordables pour les familles. « Dès que possible, les provisions sont faites localement. Le pain, par exemple, est acheté dans les boulangeries Sauveterriennes ! »

De nombreux travaux de réhabilitation et de construction ont eu lieu sur la commune. L’école maternelle a vu sa toiture rénovée et ses murs extérieurs recouverts de bois. « Des travaux d’envergure sont en cours au sein de l’école élémentaire, dont la création d’un nouveau restaurant scolaire et d’une bibliothèque accessibles, d’un préau qui passera au-dessus d’un ruet, toujours dans l’optique de conserver le plan orthogonal de la ville et ainsi préserver notre patrimoine. » La médiathèque, inaugurée il y tout juste un an, est devenue le noyau de la politique culturelle de Sauveterre et est mise en réseau avec les autres médiathèques du territoire (Romagne, Blasimon, Gornac…). D’autres projets de constructions, viendront à court terme, notamment un nouveau lotissement porte Saint-Léger, un foyer jeunes travailleurs ou encore une résidence multigénérationnelle juste à côté de la Résidence de Personnes âgées. « Et pour le futur proche, nous lançons cette année une étude de restauration pluriannuelle de l’ensemble des rues et des ruets et nous candidatons auprès du Conseil Départemental pour signer une convention d’aménagement de bourg. En 10 ans, nous avons rénové 15 bâtiments et nous essayons de mener tous nos projets en même temps, selon les 3 axes du développement durable : le développement économique, la réduction de notre empreinte  écologique et l’entretien du lien social ! »

À Sauveterre-de-Guyenne, le lien social passe d’ailleurs par les nombreuses associations qui l’animent. Piscine, école de musique, associations culturelles, chasseurs, judo, radio libre, Resto du Cœur, Club des aînés ruraux, Ateliers Créatifs (dont l’objectif est de rompre l’isolement des personnes en milieu rural), Amis de la médiathèque, Amis de la RPA, Amis de la Maison de retraite, club de musculation… « Beaucoup d’actions sont menées par nos associations que nous accompagnons via des investissements en équipements sportifs ou lieux de rencontre que l’on met à leur disposition. Elles apportent leur soutien aux équipes municipales et sans elles, nous ne pourrions rien faire. » C’est d’ailleurs le Comité d’Animation Culturel (CAC) qui organise la Fête du vin. Pendant trois jours, 40 bénévoles accueillent 15 000 personnes dans l’enceinte de Sauveterre-de-Guyenne. Une scène est installée sur la place centrale, où se déroulent les festivités : concerts, concours de dégustations de vins, intronisations, bandas, messe pour les vignerons, repas…

« Puis il y a les Mardis en Bastide organisés par l’association des commerçants, qui ont lieu 4 fois par an de juin à septembre, la Fête du livre, des brocantes, organisés par les Amis de la Bastide, une fête de la musique organisée par l’école de musique… »

Si vous n’aviez que quelques minutes pour découvrir Sauveterre-de-Guyenne ? Yves d’Amécourt vous conseillerait de monter en haut de la porte Saubotte. « J’y installerais bien un fauteuil pour observer et prendre le pouls de la ville. Plan orthogonal, place centrale, église, mais aussi circulation, passants… Depuis là-haut, la vue est imprenable sur l’Entre-deux-Mers, la toscane girondine ! »