Le portrait

joconde

Piscine de l’Atlantide, une création de Sandrine Fortuna

Comment devient-on mythique ? Par définition, un mythe se forme autour d’un phénomène à partir d’un ensemble de croyances et de représentations qui lui donne une force, une importance particulière. Depuis seize ans, Piscine de l’Atlantide, est une référence en piscine traditionnelle dans le Sud-Gironde. Créée et dirigée par Sandrine Fortuna,
le succès de l’entreprise s’est bâti sur sa rigueur et son dévouement inaltérables. Alors, super pouvoirs ou capacités inouïes ? Dans ce portrait de rentrée, percez à jour le mythe de Piscine de l’Atlantide !

Allons-nous rencontrer une humaine, ou une automate ? Si vous receviez un mail de Sandrine à 4h30, vous aussi, vous vous poseriez des questions. « Disons que je me situe à mi-chemin (rires) », nous répond narquoisement, l’humanoïde. Les journées de Sandrine démarrent autour de 4h ou 5h. Jusqu’au réveil de ses enfants, elle assure le suivi client. Après avoir choyé Milo et Celyan, c’est sur les chantiers que la maman se presse de filer. Avec Gilles, leur papa, les petits loups prennent leur goûter et ont le temps de piquer une tête dans l’eau fraiche avant que Sandrine ne réapparaisse. La famille ainsi réunie profite du bonheur de se retrouver. Jusqu’à ce que Morphée vienne trouver Sandrine sur le canapé. Il est 21h30, la journée s’achève. « Certain.e pourrait trouver ce mode pilotage automatique éreintant et, je ne vais pas mentir, c’est vrai que c’est énormément de travail. Mais c’est un travail qui me plait, qui me passionne. Je n’arrive à pas le voir autrement que comme une vocation. »

image0000001

Les bébés naissent dans les choux

Partout ailleurs, peut-être. Chez les Fortuna, ils voient le jour dans les sacs de ciment. Fille d’un papa maçon et d’une maman secrétaire pour un constructeur qui, après avoir élevé ses enfants, a travaillé à la vigne pour nourrir sa famille, Sandrine a toujours baigné dans le bâtiment. À l’adolescence, elle s’est d’abord essayée à différents métiers. Elle commence par celui de fleuriste et a conservé de solides liens et partenariat avec les Pépinières Cardon à Loupiac. Elle bifurque ensuite sur la profession d’architecte décorateur avec Patrick Poivre de la Fréta (cousin de PPDA) chez Formes et Concept à Bordeaux. « J’adore l’art, la décoration et apprendre par moi-même ! » Autodidacte, elle ne craint jamais d’essayer. Grâce à sa curiosité et sa motivation, le constructeur immobilier langonnais Aquitaine Résidence, la recrute dans une formation. À 20 ans, on lui confie la gestion des piscines et l’accueil des bureaux. « J’ai appris mon métier sur le tas. Alain Reynaud, le “boss“ d’Aquitaine Résidence m’a fait confiance et j’ai vraiment beaucoup appris à ses côtés. Pendant 13 ans, je me suis formée au sein d’un bureau d’étude, c’est un accélérateur. J’allais chercher les informations à la source pour toujours mieux conseiller le client. À l’époque déjà, Aquitaine Résidence construisait uniquement des maisons traditionnelles (ndlr, béton et plâtre). Leur méthode de travail faisait alors écho aux valeurs transmises par mes parents. » Un héritage qui résonnera d’autant plus à partir de 2005, lorsque Sandrine décide de créer sa propre société.

 Souvenir de voyage

En voyage à Santorin, une île des Cyclades, avec Gilles son époux, Sandrine se fait conter la fabuleuse histoire du mythe de l’Atlantide. Au moment de déposer le nom de son entreprise de piscines traditionnelles quelques semaines plus tard, c’était une évidence. « On me demande souvent si le magasin est une chaîne, mais pas du tout ! » L’aventure démarre à l’occasion du tricentenaire de la chambre de commerce. « Un concours était organisé (Tremplin pour l’entreprise) et sur 2200 dossiers, je suis sortie lauréate. Tout de suite, ce prix a apporté du crédit à mon affaire. » Installée à La Réole depuis sa création, Piscine de l’Atlantide assure la rénovation et la construction de piscines, uniquement de construction traditionnelle. « En 29 ans d’activité, je n’ai jamais vendu une seule coque, et je me l’interdis ! Sacrilège. » L’entreprise à taille humaine est composée de la quasi même équipe qu’à ses débuts. « Aujourd’hui nous sommes 5 : Carlos Da Silva, responsable technique, Cédric Alvaro à la technique, Nathalie Vrignaud au magasin, Gilles Fortuna, époux, associé et comptable, et moi-même à la direction. Je travaille dans la bienveillance avec mes salarié.e.s. J’essaie de transmettre ce que j’ai moi-même reçu au niveau de ma formation professionnelle. Cela passe par la responsabilisation et la reconnaissance. Chaque initiative prise, même malheureuse, sera bien accueillie, mais être entreprenant.e. est un impératif ! »

2C091B81-137D-4462-84DB-8652F78B8545

Le goût de l’effort

Sandrine a grandi au Broussey. Situé sur les hauteurs de la rive droite, ce hameau ne compte qu’un monastère. « Je me souviens des moines qui passaient à mobylette dans le village. » Aux côtés de ses deux frères, elle passe une enfance tranquille. La fratrie se construit autour de valeurs solides que sont l’entraide et le dépassement de soi. « Mes parents ont mis un point d’honneur à nous inculquer l’importance du travail. » Un modèle éducatif qui lui tient à cœur et à son tour, l’enseigne à ses garçons. « En apprenant à parler, les premiers mots que Celyan commençait à articuler ont été “je vais cahailler ”. » Deux enfants qui ont l’habitude de voir beaucoup travailler leurs parents, mais qui savent qu’ils passeront toujours au premier plan. « J’ai mis 10 ans à fonder ma famille. La PMA a d’ailleurs eu raison de mon corps de sirène (rires). Ma famille est ce que je chéris le plus au monde. Pour nous retrouver, on aime beaucoup voyager. Dès qu’on le peut, on plie bagage pour s’envoler découvrir de nouveaux horizons. » La prochaine destination des Fortuna ? On l’espère, sera le Canada !

Un mythe qui traverse les générations

Cela fait maintenant 29 ans que Sandrine équipe  les piscines des sud girondins, particulier.e.s comme professionnel.le.s. « Nous avons eu la chance de réaliser de très beaux projets comme le château Sigalas-Rabaud à Bommes. Je suis fière de chacune des prestations réalisées par mon équipe et suis toujours enthousiaste à l’idée d’entreprendre un nouveau chantier. La crise sanitaire a fait exploser les demandes : actuellement, on en reçoit au moins trois par jour ! » En plus d’avoir acquis la confiance d’un immense réseau d’artisan sur le territoire, elle a aussi su fidéliser une clientèle qui le lui rend bien. « Aujourd’hui, ce sont les enfants de mes client.e.s qui m’appellent pour construire leur piscine. La reconnaissance de cette nouvelle génération me pousse à continuer de régler mon réveil à 4h… Tout en me rappelant que le temps file (rires). »

Piscine de l’Atlantide
ZI, 33190 La Réole
05 56 71 33 88
piscine-atlantide.com
 Facebook @piscingironde