Le portrait

joconde

Meherio Raynaldy, Hivaroa From Polynesia

En 2016, Meherio pose des valises à Verdelais. Polynésienne, elle a quitté son île, Moorea, pour suivre des études d’Histoire de l’art et archéologie à l’Université Bordeaux Montaigne. Là-bas, elle fait la rencontre d’autres étudiants insulaires. Autour d’une discussion, elle réfléchit à ce qui pourrait leur faire passer le mal du pays…

Qui n’est jamais un jour tombé sur un documentaire exposant les merveilles de l’Égypte ? Ou tout autre pays à l’histoire civilisationnelle ancienne et mystique. Effectuer des recherches, des fouilles, remonter le temps et comprendre : voilà ce qui passionne Meherio. Enfant, c’est d’abord le fond des lagons qu’elle commence à explorer lors de ses sorties de pêche, Shark feeding et nourrissage des raies pêches (sorties plongée). Activités somme toute courantes lorsque l’on vit au milieu du Pacifique. 

Fuseau horaire : Tahiti

Une partie de la famille de Meherio vit à Verdelais. Tous les deux ans, elle avait l’habitude de leur rendre visite accompagnée de ses parents, de sa petite sœur et de son petit frère adoptif. Ce pied à terre l’a rassurée quand elle a pris la décision de déménager. Avec son compagnon, François, Meherio a embarqué pour un aller simple, destination le Sud-Gironde. 12h de décalage horaire séparent la Polynésie de la métropole : autrement dit, vous pouvez décoller à 8h de Moorea et arriver à l’exacte même heure à l’aéroport de Roissy. À l’exception près qu’entre temps, vous avez littéralement traversé la moitié du globe. L’heure n’est pas la seule différence notable que Meherio a pu constater à son arrivée. La mode est un exemple assez flagrant. Adieu les couleurs et les motifs pleins de gaieté, sur le continent, la palette colorimétrique est plutôt limitée. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les premiers colis

À la fac, Meherio fait la connaissance d’autres étudiants polynésiens. Régulièrement, ils se regroupent et évoquent ce qui leur manque le plus de leur île. De la nourriture aux cosmétiques, chacun y va de son petit plaisir. Ces discussions apaisent la nostalgie et mettent du baume au cœur. Mais à force de se remémorer, Meherio se met à cogiter : comment faire venir la Polynésie à eux ? Action, réaction. En 2019, elle fait une formation en création d’entreprise et ouvre dans la foulée son propre commerce, Hivaroa From Polynesia. Il s’agit d’une boutique en ligne sur lequel on peut trouver toutes sortes de produits directement importés de Polynésie. À l’époque, les délais de livraison avoisinent presque le mois complet en jours ouvrés ! Et pour ce qui est des coulisses, tout se pilote depuis son appartement à Toulenne, dans lequel elle a emménagé avec François.

La force des réseaux sociaux

En postant régulièrement ses arrivages sur les réseaux sociaux, Meherio s’est rapidement fait connaitre dans le Sud-Gironde et en France. En quelques mois à peine, les colis se sont multipliés ! Jusqu’à ce fameux mois de mars 2020 qui, sans que personne ne s’y attende, va rebattre les cartes. Échanges internationaux coupés et normes sanitaires accrus, l’affaire de Meherio se voit stopper en pleine envolée. La jeune femme ferme son site Internet et prend un poste au sein de la société de nettoyage AD Nett, à Mazères. Comme elle s’y plait, elle aurait pu y rester, mais c’était sans compter ses clients… À l’été 2020, elle reçoit plusieurs messages. « Coucou Mehe, peut-on te commander du monoï ? », « Hey, Mehe, les paréos sont toujours dispos ? » Si vous la connaissez, vous savez que Meherio a le cœur sur la main. Croyez-nous donc sur parole quand on vous dit que c’est d’abord pour rendre service qu’elle a décidé de rouvrir son site.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Du commerce en ligne au pas de porte

Et puis finalement, Meherio se reprend au jeu et l’aventure repart. Toujours sur les réseaux, elle poste une annonce pour établir des partenariats avec des artisans polynésiens. Bingo, elle est contactée par une couturière, des producteurs de confiture de goyave et de vanille et aussi une créatrice de bijoux en perles. Les produits s’arrachent et à raison de 5 commandes par jour, la chambre de Meherio se transforme rapidement en entrepôt. En août 2021, l’agence Guy Hoquet lui fait visiter un local à Langon, au 28 rue Amand Dumeau. Elle y accrochera son enseigne 4 mois plus tard.

La Polynésie au centre-ville de Langon

Si les nombreux m2 de la boutique ont dans un premier temps effrayé Meherio, il ne lui a cependant pas fallu longtemps pour les remplir ! Organisé en corner, le magasin propose des vêtements (t-shirt et paréos, des accessoires (couronnes de fleurs, chapeau et casquettes), de la maroquinerie, des cosmétiques (monoï, huiles, baumes…) et également, de la nourriture (fromage, gâteaux, confiseries…). Depuis l’ouverture, Meherio a aussi tissé de nouveaux partenariats ! Et pas exclusivement avec des Polynésiens : elle travaille désormais avec une artisane qui vit en métropole et qui est « piqué au tiaré », comme l’on dit en Polynésie (métropolitaine tombée sous le charme de l’île, ndr). Prochainement, Meherio devrait commercialiser sa propre marque de t-shirts qu’elle a elle-même dessinés. Livraison estimée pour les fêtes !

Hivaroa From Polynesia
28 rue Amand Dumeau
05 40 41 34 19 – hivaroafrompolynesia.com
Facebook @hivaroafrompolynesia